Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
1987-2017 : 30 ans de Bien-être et de Connaissance
Accueil / Blog / Nos amis les animaux

La comunication de lapin en famille

Nos amis les animaux

La comunication de lapin en famille

Nos amis les animaux

La comunication de lapin en famille

Le lapin à l’état sauvage a des habitudes crépusculaires ou nocturnes, vit dans des réseaux complexes de galeries dont il ne s’éloigne jamais beaucoup et c’est un animal herbivore. Les espèces avec lesquelles nous sommes les plus habitués à cohabiter, les chiens et les chats, sont des prédateurs carnivores, une tout autre histoire !

Nous ne pouvons pas songer à nous comporter avec un petit mammifère herbivore comme nous le ferions avec un chien, un chat ou un furet : si nous voulons créer une relation basée sur la confiance et le respect, nous devons apprendre un langage différent, adopter un autre point de vue.

Et nous devons surtout être patients et cohérents : en cela, les lapins sont de grands maîtres.


L'équipe Macro Editions

La famille s’agrandit, notre ami le lapin est arrivé !

Maintenant que nous avons fait notre choix et que nous avons ramené notre nouvel ami à la maison, réservons-lui un endroit tranquille, un abri.

Par exemple : une boîte en carton sur laquelle nous aurons percé une ouverture conviendra très bien. Proposons-lui les aliments qu’il aime, de l’eau fraîche et… attendons. Attendons simplement.

Les lapins ont besoin de beaucoup plus de temps que le chien et le chat pour s’adapter, nous le savons désormais : leur nature d’espèce proie les rend très prudents.

être patient avec notre lapin domestique

D’ailleurs, dans la nature, ils vivent dans un réseau complexe de galeries, avec plusieurs terriers et entrées, dont ils sortent à l’aube et au crépuscule pour manger et dans lesquels ils se réfugient immédiatement en cas de danger ou pour se mettre à l’abri quand les conditions météo sont mauvaises.

Laissons-les choisir le moment où ils se sentent en sécurité, sans précipitation. Ces premiers instants sont précieux : se dépêcher ne répond qu’à nos propres exigences, et ne respecte pas les leurs.

Apprenons aux enfants que les lapins craignent les cris, qu’ils ont peur qu’on les suive et les attrape : pour que la cohabitation soit agréable, elle doit l’être pour tous.

Dans la nature, quand un animal d’une espèce proie est suivi et attrapé, sa vie arrive à son terme, alors pouvons-nous imaginer dans quel état nous sommes en train de le mettre ?


Une communication adaptée à notre lapin

Les animaux sociaux ont des capacités de communication élevées, et le lapin ne fait pas exception, mais il s’agit d’une communication plus « subtile » et plus rapide que celle d’un chien ou d’un chat, qui exige donc plus d’entraînement.

Les lapins communiquent à l’aide :

  • de postures,
  • de mimique faciale,
  • de proxémie (la gestion de l’espace physique qu’adoptent les individus quand ils entrent en relation),
  • mais aussi de sons.

Tout chez le lapin est affaire de communication, comme par exemple :

  • La position de leurs oreilles,de leur corps,
  • la façon dont ils bougent,
  • le toilettage,
  • le marquage à l’aide des selles et de l’urine ou en se frottant le menton,
  • l’émission de cris plus ou moins amicaux, 

D’autant plus que c’est une espèce avec une forte territorialité, qui a besoin de maintenir des rapports avec les membres de son groupe familial tout en évitant l’entrée d’étrangers.

À l’état sauvage, durant la période de la reproduction, la défense du territoire est plus marquée, mais à la maison, il y a toujours trop de lumière, trop de nourriture et une température douce même en hiver… la période de la reproduction ne s’arrête donc jamais et, avec elle, l’instinct de défense.

C’est pour cette raison que les marquages à l’urine et aux selles d’objets, de lieux, mais aussi de personnes sont si fréquents, surtout si le lapin se sent d’une certaine façon menacé dans son environnement et pas seulement pour des questions liées à la maturité sexuelle.

Avec la glande du menton, le lapin marque des objets ou des points considérés comme stratégiques, mais aussi des membres du groupe considérés comme soumis : les lapins les plus dominants produisent plus de 2-phénoxyéthanol, une substance que les entreprises de parfum utilisent comme « fixateur » !

Des grognements brefs précèdent parfois immédiatement une attaque et une agression. En revanche, les murmures indiquent une sensation de plaisir et de détente, et c’est pour cette raison qu’on dit que le lapin « ronronne ».

Parfois, il est possible d’entendre ses dents grincer légèrement, en même temps que des murmures. Mais si le grincement produit un son plus sec et fort, il faut s’inquiéter, car c’est habituellement une manifestation de douleur.

Dans une situation très agréable, par exemple quand on revient après une période d’absence, ou durant une séance de jeu ou devant un aliment que le lapin apprécie beaucoup, il est possible de percevoir un son qui ressemble à un « gougougou », typiquement identifiable chez les mâles quand ils font la cour aux femelles.

Les cris indiquent une situation de stress émotionnel intense, de terreur ou de grande douleur et sont souvent suivis d’une phase de prostration grave, comparable à un collapsus, mais ils peuvent aussi précéder la mort.

Les animaux d’une espèce proie sont très sensibles à l’adrénaline et, en général, aux substances produites dans des conditions de stress. C’est pour cette raison qu’il est si important de savoir repérer tôt les signaux et les comportements qu’ils mettent en oeuvre :

  • si un lapin secoue la tête, ou s’il bat avec insistance une patte par terre, c’est qu’il est en train de nous dire que quelque chose ou quelqu’un le gêne ;
  • s’il est en état d’alerte, avec les pupilles dilatées, les paupières écarquillées, les oreilles droites et orientées en avant, les muscles raides et la partie supérieure du corps soulevée, nous pouvons également comprendre que quelque chose ou quelqu’un l’a mis en garde ;
  • s’il se lèche les lèvres, comme cela arrive chez d’autres espèces, c’est qu’il est en train de vivre une situation de stress.
  • Dès que celle-ci prend fin, l’animal adopte généralement un comportement consistant à nettoyer son pelage ou sa peau : le « grooming ». Si des membres d’un groupe s’épouillent réciproquement, pour renforcer leurs liens et établir des hiérarchies, on parle alors de social grooming.
  • Quand il nous tourne le dos, il nous indique que nous sommes en train d’exagérer avec l’interaction, et nous demande de le laisser respirer : si nous le comprenons et le respectons, il suffit de s’éloigner un peu, pourquoi pas en tournant le dos nous aussi, afin de dépasser rapidement le moment de tension.

 Il s’agit sans doute d’une communication subtile, qui demande plus d’attention de notre part, mais si nous choisissons de vivre avec un lapin, il est essentiel de s’entraîner à comprendre son langage pour construire un lien solide et satisfaisant, basé sur la confiance et le respect.


Extrait du livre de  Cinzia Ciarmatori

VOIR toute la collection DONNE LA PATTE


 


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vos présenter son nouveau site. Chiara, Xavier et Sara sont là pour vous proposer le meilleur des... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vos présenter son nouveau site. Chiara, Xavier et Sara sont là pour vous proposer le meilleur des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir de pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par :... Lire la biographie

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser


EXTRAIT - Horloge de la Nature
Cadeau EXTRAIT - Horloge de la Nature

Créez votre espace personnel MyMacro pour recevoir ce cadeau !

Recevoir EXTRAIT - Horloge de la Nature