Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
Le bien-être et le partage des connaissances depuis 1987
Accueil / Blog / Développement personnel

Pourquoi poser des questions ? ... surtout les 5 plus importantes !

Développement personnel

Pourquoi poser des questions ? ... surtout les 5 plus importantes !

Développement personnel

Pourquoi poser des questions ? ... surtout les 5 plus importantes !

Au cas où vous vous le demanderiez, il n’y a en réalité que 5 questions qui soient vraiment essentielles dans la vie.

Ce sont les questions que vous vous posez à vous-même et aux autres régulièrement.

Si vous prenez l’habitude de les poser, votre vie sera plus heureuse et plus réussie.

Et pour finir, vous pourrez même répondre correctement à ce que j’appellerais la question bonus – qui est probablement la question la plus importante à laquelle vous serez confronté.

"La vérité est qu’une réponse ne peut-être qu’aussi bonne que la question qui l’a précédée.

Si vous posez les mauvaises questions, vous obtiendrez les mauvaises réponses."
Ryan james

 

Ces questions et ce livre a vu le jour sous la forme d’un discours de cérémonie de remise des diplômes, et ce genre de discours est supposé être grandiloquent. J’ai tenu ce discours en tant que doyen de la Harvard School of Education pour la cérémonie de remise des diplômes. e ne m’attendais certainement pas à ce qu’il devienne « viral », mais ce fut le cas. 

Ces questions sont comme des clés : 

  • la bonne question,
  • posée au bon moment,
  • ouvre une porte sur des choses que l’on n’avait pas considérées jusque-là – au sujet des autres et de vous-même.

 


L'équipe Macro Editions

Alors, pourquoi un discours, puis un livre, sur l’importance de poser les bonnes questions ?

...et particulièrement ces cinq questions essentielles ? C’est une bonne question. (Vous avez compris ?) La réponse est, du moins en partie, personnelle.

J’ai toujours été fasciné, à la limite de l’obsession, par les questions. Comme la plupart des enfants, je posais beaucoup de questions lorsque j’étais plus jeune.

Le problème, tout particulièrement pour mes amis et ma famille, c’est que cette habitude ne m’est jamais passée : je me souviens, avec une certaine gêne, de nombreuses conversations autour de la table du dîner où mes parents et ma pauvre soeur eurent à subir un flot d’interrogations et d’approfondissements en tous genres.

En gros, j’étais pénible. Mon père, qui n’avait jamais été à l’université, ne savait que faire de ces questionnements constants ni du fait que mes seuls réels talents semblaient être le fait de poser des questions et de lancer une balle.

Contrairement à lui, je n’avais aucun penchant pour la mécanique et j’étais incapable de réparer quoi que ce soit. Je n’avais aucun talent pratique. Mais je n’étais jamais à court de questions, ce qui explique pourquoi mon père me répétait sans cesse que je devais devenir avocat. Il ne m’imaginait pas gagner ma vie autrement. 

Je passais donc, après mes études et avoir travaillé dans le droit durant quelques années, à devenir professeur à mon tour. Les professeurs de droit, comme vous le savez peut-être, enseignent principalement par la méthode socratique, ou du moins par une version modifiée de celle-ci:

  • ils posent question sur question à leurs étudiants, pour voir si leurs réponses entraînent davantage d’interrogations ou un léger changement de point de vue.
  • Lorsqu’elle est menée savamment, cette série de questions force les étudiants à réfléchir en profondeur aux implications de leurs arguments et à chercher des principes de loi généraux qui puissent s’appliquer à différents contextes.

L’évolution des discours tenus à Harvard pour en arrivér au questionnement ultime !

Thème du discours de 2014

Lorsque je retravaillai ce discours pour la cérémonie de 2014 à Harvard, je m’aperçus que ce que j’essayais de dire trente ans plus tard était qu’il ne fallait pas perdre du temps avec des peurs inutiles – du passé, du futur, de l’incertitude, des autres, des nouvelles idées ou situations. J’en suis toujours convaincu.

Thème du discours de 2015

L’année suivante, j’évoquai un autre sujet qui avait retenu mon attention durant une longue période : le péché d’omission. J’ai reçu une éducation catholique et au cas où vous l’ignoriez, les Catholiques prêtent beaucoup d’attention aux péchés, et à celui d’omission en particulier. […]

Les péchés d’omission sont parfois plus néfastes – aussi bien pour nous-mêmes que les autres – que les péchés de commission. En effet, je pense qu’ils sont souvent source de nos plus profonds regrets.

Voilà pourquoi je parlai du péché d’omission durant mon deuxième discours de remise des diplômes en tant que doyen. Je suggérai aux étudiants de prêter fortement attention à ce qu’ils ne faisaient pas.

Thème du discours de 2016

Au printemps, alors que la remise des diplômes approchait, mes amis et collègues commencèrent à me demander de quoi je comptais parler pour mon discours. Durant quelque temps, je me contentai de répondre, d’un air pensif : « C’est une bonne question », ce qui est, je le sais, une réponse pitoyable.

Mais je compris ensuite que, s’il s’agissait bien d’une mauvaise réponse, les « bonnes questions » étaient effectivement un sujet digne d’un discours de fin d’année, tout particulièrement pour quelqu’un qui comme moi avais toujours été obsédé par ce sujet.

C’est ainsi que je fis de l’importance de poser – et d’écouter – de bonnes questions le sujet de mon discours, et le sujet de ce livre. Je vous présenterai les 5 questions essentielles, ainsi que la question bonus.

Mais avant de nous y attaquer, il peut être utile de les replacer dans un contexte plus vaste. Laissez-moi donc vous proposer deux conseils concernant les questions en général.

  1. Le premier est de passer plus de temps à réfléchir aux bonnes questions à poser : beaucoup d’entre nous passent trop de temps à se préoccuper d’obtenir les bonnes réponses. Les jeunes diplômés sont tout particulièrement concernés.
  2. Le second, c’est certain, parfois vous tomberez sur des questions pour lesquelles il n’y a rien à faire, mais de nombreuses questions qui pourraient sembler mauvaises au premier coup d’oeil sont en réalité bonnes, ou du moins des questions innocentes formulées de manière maladroite.

L’art de poser (et de répondre) de bonnes questions : James Ryan
Doyen à la Graduate School of Education de la Harvard University.

 


Poser les bonnes questions est plus difficile qu’il n’y paraît !

Poser les bonnes questions est difficile car cela demande que vous voyiez plus loin que les réponses évidentes et vous concentriez au contraire sur celles qui sont :

  • délicates,
  • épineuses,
  • mystérieuses,
  • gênantes
  • et parfois douloureuses.

Mais je pense que vous, et vos interlocuteurs, en ressortirez enrichis, et ce tout autant dans votre vie professionnelle que personnelle.

Pour que vous compreniez mieux pourquoi je crois au pouvoir – et à la beauté – des bonnes questions, je veux maintenant m’intéresser aux cinq questions essentielles : ce sont les questions que vous devriez toujours poser, et écouter, même lorsqu’elles sont posées de manière maladroite.

Bien sûr, ce ne sont pas les seules questions importantes que vous puissiez poser aux autres et à vous-même. Ce qui est important dépend souvent du contexte.

  • Ces cinq questions sont, elles, des éléments essentiels des conversations quotidiennes aussi bien simples que profondes, des questions qui sont presque toujours utiles, quel que soit le contexte.
  • Ce sont les questions qui peuvent tout aussi bien vous aider à surmonter un lundi matin qu’à déterminer quoi faire de votre vie.
  • Ce sont des questions qui vous aideront à nouer de nouvelles relations et à renforcer celles que vous avez déjà.
Ce que je veux dire, est que les 5 questions qui suivent sont comme 5 clés cruciales sur un porte-clé. Certes, vous aurez certainement besoin d’autres clés de temps en temps, mais ces cinq-là ne doivent jamais vous manquer.

"Einstein, qui croyait fermement à l’importance de poser des questions, a déclaré que s’il avait une heure pour résoudre un problème et que sa vie en dépendait, il passerait les cinquante-cinq premières minutes à déterminer quelle était la bonne question à poser."

 


Sommaire du livre de Ryan James et les 5 questions-clés (pour une vie réussie !)

  • Introduction : Pourquoi poser des questions ?
  • Attends, quoi ?
  • Je me demande… ?
  • Est-ce qu’on ne pourrait pas au moins… ?
  • Comment puis-je t’aider ?
  • Qu’est-ce qui compte vraiment ?
  • Conclusion : La question bonus

 


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par :... Lire la biographie

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser