Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
1987-2017 : 30 ans de Bien-être et de Connaissance
Accueil / Blog / Nouvelle sagesse

Redéfinir la maladie avec la psycho-bio-généalogie

Nouvelle sagesse

Redéfinir la maladie avec la psycho-bio-généalogie

Nouvelle sagesse

Redéfinir la maladie avec la psycho-bio-généalogie

Bien que nous sachions que des connexions et des relations indéniables relient un individu à sa famille, à la société, à la culture dont il fait partie et à l’espèce biologique à laquelle il appartient, nous continuons généralement à considérer tout problème exclusivement en rapport avec la personne qui en souffre, comme si ces problèmes étaient des entités autonomes et que la personne se trouvait isolée de tout le reste.

"Tous les êtres vivants obéissent aux mêmes lois biologiques, dont la principale est la loi de survie de l’espèce, suivie de près par la loi de survie de l’individu"


L'équipe Macro Editions

Une relation bio-familiale !

L’insatisfaction, l’incapacité à établir de bonnes relations, les problèmes professionnels, de couple, la dépression, les maladies physiques, tout cela est en soi considéré comme un problème particulier et spécifique lié à une personne, à sa vie personnelle et à son vécu, même si cet individu est issu d’une famille, appartient à une culture, à une société et à une espèce biologique.

Il existe une relation étroite et sans équivoque entre toutes ces entités. Une relation systémique qui détermine chacune d’elles, et, de ce fait, également la vie de chaque individu, par conséquent, tous les problèmes qui peuvent l’affecter sont nécessairement le résultat de cette relation systémique entre vécu, espèce et famille.

Cette relation – comme dans le cas de la psyché individuelle – est davantage inconsciente que consciente, mais l’emmener au niveau de conscience est indispensable pour sortir du cercle vicieux du malaise et de la maladie physique. En effet, comme disait Jung : « Tout ce qui ne vient pas à la conscience, revient sous forme de destin ».

 "Nous naissons tous avec un bagage de dispositions, d’aptitudes, d’organisation, de spécialisations et de propensions, et cela se vérifie tant sur le plan biologique que psychologique."

relation systémique de la maladie - bio généalogie

C’est un bagage complexe, merveilleux par certains côtés, un héritage qui nous accompagne constamment, une sorte d’empreinte psychique et biologique qui nous constitue sur le plan essentiel. 

Cette quantité considérable d’informations nous est fournie par l’espèce biologique (1) à laquelle nous appartenons et par la famille (2) dont nous sommes issus :

  1. l’évolution de l’espèce nous dote des meilleures réponses qu’elle ait apportées à son adaptation à l’environnement, nous dotant ainsi de différents types de cellules, d’un système nerveux complexe, d’un appareil reproducteur et digestif, d’un réseau immunitaire, d’un système endocrinien hautement spécialisé, etc.
  2. La famille nous dote – à son tour – des meilleures réponses qu’elle soit parvenue à apporter aux problèmes rencontrés par les générations qui nous ont précédés. 

Le renversement de diagnostic

Prétendre qu’une maladie ou un malaise sont la meilleure réponse qu’apporte une personne – en tant que fruit d’une famille et d’une espèce – aux difficultés qu’elle rencontre dans la vie, ne relève pas d’une compréhension facile ou immédiate. Cela paraît même une contradiction, un paradoxe : en effet, la maladie fait que nous nous sentons mal et conduit souvent à la mort.

Or, c’est précisément sur cette espèce de renversement de diagnostic que se basent toutes les nouvelles et plus intéressantes découvertes de la médecine et de la psychanalyse, en conformité avec ce qui se passe dans les sciences dites « exactes », et, plus généralement, le changement radical du concept de réalité et de connaissance et le « saut de paradigme » qui est propre à l’épistémologie contemporaine.

La Médecine Nouvelle de Ryke Geerd Hamer et la Psychogénéalogie, ou psychanalyse transgénérationnelle, (qui a pour chef de file, en Europe, Anne Ancelin Schützenberger), sont en réalité la complexification de deux disciplines qui restent, aujourd’hui encore, très réticentes au changement et fortement ancrées dans une vision de l’être humain datant du XIXe siècle au moins :

  • une psyché à sonder, bagage d’expériences inconscientes chez l’enfant de 0 à 3 ans pour la psychanalyse et la psychologie ;
  • un amas mécanico-électro-chimique de cellules à découper, recoudre et réassembler pour la médecine.

maladie malaise et le décodage bio-généalogique

 "Il était donc inévitable que ces disciplines parviennent, elles aussi, à une vision un peu plus complexe du « patient », une vision qui tienne enfin compte du vaste réseau relationnel dont le parcours thérapeutique fait partie, qui l’a engendré et dont il est porteur."

Renouer avec la vie sur tous les plans – biologique, familial, individuel et relationnel – et nous réinsérer dans la grande roue de la vie est nécessaire, tant au niveau de la psyché que du corps : si le sens de la vie est métaphoriquement et concrètement symbolisé par le sang, les liens du sang en déterminent en grande partie la santé, la santé du sang.

Le spécialiste ou spécialisme ?

L’un des problèmes majeurs qui marque les limites de chaque discipline est le spécialisme au sens strict, la spécialisation qui a caractérisé l’ensemble de la science jusqu’à présent – médecine et psychanalyse en particulier.

Il est paradoxal qu’il y ait, aujourd’hui encore :

  • 1 « médecin de l’âme » (le psychanalyste ou psychothérapeute), qui n’y connaît pas grand chose ou rien en biologie, chimie ou anatomie,
  • 1 médecin tout court qui n’entend rien en matière de psyché et la rejette même carrément.

La loi du spécialisme sévit même au sein de ces domaines spécifiques :

  • l’ophtalmologiste n’a que faire de l’orthopédiste,
  • l’endocrinologue du neurophysiologiste,
  • le freudien du gestaltien, etc.

le problème d'être spécialiste en médecine, vue globale du malade - biogénéalogie

Et la règle de la non-interférence mutuelle et du réductionnisme catégorique est valable pour chacun :

  • nous avons un problème au tibia ou à la hanche et pas un dysfonctionnement parathyroïdien, ou vice versa ;
  • nous souffrons d’anxiété et non d’un dysfonctionnement hormonal, ou vice versa ;
  • nous faisons une leucémie et pas une dépression auto-dépréciative, ou vice versa.

Et surtout : qu’est-ce que tout cela a à voir avec les grands-parents, les oncles et les arrière-grands-parents ? :

  • Tout au plus, le médecin dresse-t-il une anamnèse pour voir s’il existe des « maladies héréditaires » ou ce qu’on appelle des « prédispositions à la maladie », comme dans le cas des tumeurs ou des cardiopathies.
  • Et tout au plus, le psychologue dresse-t-il un génosociogramme, tel qu’il est généralement appelé, dans le simple but d’obtenir quelques informations, sans guère de valeur, concernant le patient.

L’importance structurelle (système) de la famille biologique

L’être vivant est désormais perçu comme un système complexe où chaque élément est en lien avec tous les autres éléments au sein d’une organisation en dialogue-confrontation constant avec l’environnement dans lequel il évolue et dont il fait également partie.

Un réseau complexe de réseaux en inter-communication constante, qui fait, dans un même temps, de chaque individu :

  • un biotype (espèce),
  • un anthropotype (société),
  • un génotype (famille),
  • et un phénotype (particularité individuelle).

famille généalogie et maladie biologique

Si on se limite à une seule de ces caractéristiques cela reviendrait à réduire la complexité d’un individu à un seul point de vue, par exemple :

  • « Je suis ma jambe »
  • ou « Je suis mon cerveau »
  • ou encore « Je suis mon âme »
  • etc.

Ainsi que je l’ai déjà dit, l’étude de la personne et de son origine sur le plan psychique peut être qualifiée de « psychanalyse transgénérationnelle » ou de « psychogénéalogie ».

Il s’agit, essentiellement, de l’étude de l’arbre généalogique en vue de faire ressortir et d’analyser les modes de structuration de l’individu et de ses caractéristiques au fil des générations, à savoir la façon dont une personne s’est « construite » à travers l’histoire des générations qui l’ont précédée.

Tout comme il ne fait aucun doute que l’être biologique est le résultat final d’une évolution dont les débuts remontent à 3,5 milliards d’années au moins, nous pouvons en dire tout autant à propos de l’être psychique, qui est le résultat final de son espèce et des modalités particulières qui lui ont permis d’assurer sa survie, sa reproduction et son évolution.

L’importance structurelle de la famille n’est pas un fait purement psychique ou psychologique, mais systématiquement biologique :

  • notre espèce est, effectivement, la plus atteinte de « néoténie » ou « prolongation-conservation de la nouveauté »
  • cette caractéristique constitue l’une des différences substantielle entre l’homme et les autres primates. 

La théorie des archétypes primaires : homme & femme

La chaîne de transmission psychologique est, par certains côtés, infinie et remonte à l’aube de l’humanité, parallèlement à la chaîne biologique (le « triangle oedipien » de la théorie psychanalytique) [...]

SI l’espèce se reproduit et évolue à travers des biotypes masculins et féminins...

...qui engendrent des nouveau-nés, qui deviendront ensuite des adultes mâles et femelles qui relanceront le cycle, la psyché se reproduit également à travers les génotypes du père et de la mère, qui engendrent des enfants, qui deviendront ensuite des hommes et des femmes, qui deviendront, à leur tour, pères et mères et relanceront le cycle.

SI, sur le plan biologique, le masculin et le féminin sont les biotypes de base...

...il en va de même en matière psychique et généalogique et une formule peut les résumer sur tous les plans : les archétypes primaires. Les « archétypes primaires » correspondent donc au masculin et au féminin, à l’homme et à la femme, au père et à la mère, au fils et à la fille

ALORS, la vie est un dialogue, une relation entre le masculin et le féminin...

...et ce qui menace le plus ce dialogue, cette relation – et qui est donc le plus important, dans l’absolu, pour la vie, la conservation, la reproduction et l’évolution de l’espèce – c’est ce qui engendre, ou peut engendrer, une altération de ces deux principes élémentaires et de leur relation.

archétype primaire de la maladie - décodage biogénéalogique

[...] Doter la psychogénéalogie d’une approche biologique et la Médecine Nouvelle d’une approche psychogénéalogique, sous l’enseigne d’une théorie des archétypes primaires, semble inévitable et indispensable pour remédier aux lacunes qu’il m’a semblé déceler dans les deux disciplines.

L'approche d'Antonio Bertoli prend en compte tous les aspects pertinents de l’expérience individuelle et la spécificité de ses problèmes, abordés sous le double point de vue – précisément – de la psychogénéalogie et de la Médecine Nouvelle, mais avec la conviction que l’arbre généalogique est à l’origine de toute névrose ou obsession, ainsi que de toute maladie qui nous affecte (nous héritons tous d’une empreinte psychique qui s’abat sur nous tel un piège dont nous ne sommes pas conscients, et ces conflits qui se traduisent par des maladies physiques ou un mal-être psychologique naissent précisément de là).

Cette reconduction de l’histoire familiale, qui est à la base de toute manifestation individuelle, appartient à la psychogénéalogie, mais uniquement d’un point de vue strictement psychologique : en effet, il n’est absolument pas question dans ce domaine de biologie, comme si l’être humain se composait simplement de psyché et d’esprit, et non d’un corps.


Extrait de l'introduction du livre d'Antonio Bertoli
Pour voir le sommaire complet du livre (cliquez sur la couverture du livre)


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par :... Lire la biographie

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser