Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
1987-2017 : 30 ans de Bien-être et de Connaissance
Accueil / Blog / Médecines alternatives

10 points fondamentaux pour soigner naturellement ses rhumatismes

Médecines alternatives

10 points fondamentaux pour soigner naturellement ses rhumatismes

Médecines alternatives

10 points fondamentaux pour soigner naturellement ses rhumatismes
11 partage(s)

Le bon traitement des rhumatismes ne peut se trouver que grâce à une compréhension plus holistique et intime à la réalité de l’individu. Ce n’est que de cette manière qu’il est possible de prendre en considération les nombreux facteurs causaux qui concourent à provoquer les rhumatismes.


L'équipe Macro Editions

n°1 Éviter l’acidification de notre organisme

En matière de rhumatismes, de nombreuses formes d’arthrite et de goutte résultent de l’accumulation d’acides dans les articulations au détriment des cartilages. La goutte en est l’exemple typique. […]

Si l’on prend la peine d’observer notre vie quotidienne, nous pouvons constater combien nous sommes assaillis de facteurs acidifiants à tous niveaux. Parmi ceux-ci, notons l’état de stress, aussi bien physique que mental. Lorsque nous sommes sous tension, nous tendons à consommer davantage de substances alimentaires et médicamenteuses, et donc à produire davantage de déchets acidifiants.

Notons qu’une activité physique très intense conduit à une production plus importante d’acide lactique et qu’une vie très sédentaire, avec activité mentale intense, conduit à une hyperacidité. La plupart des aliments que nous avons tendance à consommer présentent une valence acide […]

Même les médicaments que nous prenons provoquent une acidification de l’organisme. Il arrive fréquemment que des patients, en particulier les plus âgés, soient contraints de prendre divers comprimés par jour pour soigner des maux liés à l’hypertension, à des pathologies cardiaques, au diabète, à des bronchites chroniques, à des syndromes douloureux de différents types, ou à toute affection qui requiert un traitement prolongé.

Tous les effets de ces médicaments vont s’ajouter à ceux des facteurs déjà mentionnés et contribuer à une plus grande acidification de l’organisme.

n°2 Éviter les médicaments conventionnels

Au lieu de prendre en considération la modification et le traitement des facteurs causaux, la médecine conventionnelle juge plus simple d’intervenir dans les phases tardives de ces maladies – c’est-à-dire quand la douleur et les limitations fonctionnelles sont plus évidentes et invalidantes – pour agir sur les symptômes.

Elle recourt alors principalement à une catégorie de médicaments à action anti-inflammatoire et analgésique. Parmi ceux-ci, notons les anti-inflammatoires non stéroïdiens (acronyme AINS), les plus classiques, et stéroïdiens (acronyme AIS) représentés par la cortisone. […]

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens provoquent un blocage plus ou moins réversible du site de liaison d’une enzyme, la cyclooxygénase (COX). Cette enzyme existe sous deux formes : la COX-1, qui a un effet protecteur sur les muqueuses, et la COX-2, déclenchée par l’inflammation, qui a un effet pro-inflammatoire. […]

L’usage inconsidéré de paracétamol aux États- Unis cause chaque année 112 000 appels aux centres antipoison, 56 000 accès aux services d’urgence, 26 000 hospitalisations et 450 morts par surdoses. On ne peut vraiment pas définir un tel médicament comme étant inoffensif. Pour cette raison, avant d’administrer ou d’absorber une « banale » dose de paracétamol (précaution valable pour n’importe quel autre médicament), il serait bon d’envisager une éventuelle alternative.

n°3 L’importance d’une alimentation saine

Il est indubitable que toute amélioration des pathologies ostéo-articulaires dépend de la santé et de l’équilibre de notre appareil digestif. Les habitudes alimentaires de la société moderne constituent la principale cause de l’altération de la perméabilité de l’intestin grêle. Elles sont également responsables des nombreuses toxines et des déchets alimentaires qui passent à travers les «mailles desserrées » de l’intestin pour se répandre dans l’organisme tout entier.

En outre, comme presque toutes les maladies chroniques s’accompagnent d’une flore intestinale altérée, il est indispensable de faire l’impossible pour la rééquilibrer. Rappelons que la mauvaise alimentation n’est pas la seule cause de cette altération, et que la consommation de médicaments, le stress et autres causes diverses et variées peuvent la provoquer.

L’alimentation doit donc répondre à quelques critères qualitatifs pour jouer un rôle fondamental dans les pathologies rhumatismales comme dans l’état de santé générale. […] Nous devons penser à éliminer de notre alimentation toutes les substances susceptibles d’être nuisibles, très nombreuses et répandues à notre époque et dans notre monde occidental. Pour ce faire, il nous faut apprendre à privilégier la qualité des aliments, et non leur quantité ou la forme sous laquelle ils sont commercialisés.

Ce souci de qualité nous mène tout droit à l’alimentation biologique.

n°4 Exercer une activité physique

Que l’exercice physique a des effets sur les maladies rhumatismales est un fait qui ne date pas d’aujourd’hui mais qui reste plutôt controversé. Pendant longtemps, on a pensé que l’activité physique pouvait avoir un impact positif sur les maladies dégénératives (comme sur l’arthrose) et contre-productif sur les maladies inflammatoires (comme l’arthrite rhumatoïde).

Certes, la pratique de certains sports comme le football, le rugby ou d’autres disciplines très compétitives peut compromettre sérieusement l’intégrité articulaire ou squelettique. Ceci dit, l’exercice physique est très certainement apte à déclencher quelques mécanismes thérapeutiques, comme ceux du remodelage osseux, ou même à avoir des effets de type anti-inflammatoire. En effet, le mouvement concret semble avoir la capacité de réduire la production de quelques cytokines inflammatoires, comme celle d’en stimuler d’autres qui produisent un effet anti-inflammatoire.

De ces constatations, il ressort que l’activité physique peut être bénéfique dans toutes les pathologies rhumatismales, qu’elles soient de type inflammatoire ou dégénératif. […] Par ailleurs, l’activité physique régulière améliore directement les symptômes liés à l’arthrose, car elle stimule un plus grand contenu en glycosaminoglycanes, qui sont, comme l’on a vu, les constituant fondamentaux du tissu conjonctif et du cartilage.

n°5 Et si on parlait de l’arthrose ?

La forme la plus commune des maladies dégénérative est l’arthrose (ou ostéoarthrite), qui prédomine chez les personnes les plus âgées car elle fait partie du processus de vieillissement.

Outre l’âge, les facteurs de prédisposition sont l’obésité et quelques anomalies structurales acquises ou relatives au développement squelettique. Les symptômes de la maladie dégénérative des articulations sont principalement liés à une déficience biologique dans les articulations. Certains sont très communs : douleur articulaire ressentie surtout lors du mouvement, raideur à la reprise d’une activité motrice après une certaine période de repos, aggravation en climat froid et humide.

Objectivement, au moment du mouvement, on peut entendre des craquements et ressentir un douloureux spasme musculaire. Les signes d’inflammation sont rares, à moins que l’on fasse un usage trop intense d’une articulation touchée. Quelques articulations, comme celles des doigts des mains, peuvent présenter des déformations osseuses sous forme de petites protubérances (nodosités de Heberden), souvent associées au processus dégénératif.

Comme nous l’avons vu, les causes possibles de l’ostéoarthrite sont à rapporter non seulement au vieillissement des tissus mais aussi à des mouvements répétitifs et des surcharges articulaires.

n°6 La prédisposition génétique

On pense qu’il existe une prédisposition de type génétique chez la plupart des rhumatisants. Cependant il faut avant tout faire la différence entre prédisposition génétique et prédisposition familiale aux affections rhumatismales. Dans ce second cas, il s’agit surtout d’une plus grande possibilité pour les membres d’un groupe familial de souffrir de rhumatismes, en raison de leurs caractéristiques biotypologiques ou parce qu’ils partagent un environnement et des modalités comportementales pouvant favoriser une pathologie rhumatismale. Par exemple, la spondylarthrite ankylosante, dite aussi arthrite réactive, se développe principalement chez des individus génétiquement prédisposés.

Mais, comme nous l’avons dit, il a été démontré qu’il existe un terrain génétique certain, au moins en ce qui concerne quelques types de pathologies rhumatismales. […]

Sur la base de ces données expérimentales, du point de vue clinique, l’hypothèse selon laquelle toutes les pathologies susdites pourraient découler d’une action convergente de facteurs génétiques, ambiants, et liés au mode de vie de l’individu, a fait son chemin. En effet, avoir une prédisposition génétique ne signifie pas forcément tomber malade. Beaucoup d’autres facteurs, dont nous occuperons plus avant, doivent y concourir.

n°7 Pollution de l’organisme

Nous avons souligné que l’apparition de quelques maladies rhumatismales de type auto-immune (arthrite rhumatoïde, lupus érythémateux systémique, sclérodermie) est liée à la présence d’un bagage génétique donné, mais aussi que la participation d’une cause déclenchante est également nécessaire afin que le système immunitaire produise la réaction auto-immune et ses auto-anticorps.

De nombreuses études de type épidémiologique indiquent que l’une des causes déclenchantes peut être déterminée par l’absorption (à notre insu) de divers métaux, comme le cadmium, le plomb, le vanadium, le mercure, le manganèse, l’arsenic, etc., dérivant de la pollution environnementale (eau et sol).

De même, les pesticides utilisés en agriculture peuvent servir d’amorçage dégénératif (inflammatoire ou auto-immune) car on en retrouve, dans les mers, les fleuves et les eaux souterraines, des résidus qui finissent par passer dans la chaîne alimentaire. L’aluminium est responsable de nombreuses fibromyalgies, arthrites et divers autres types de rhumatismes, aussi bien par effet direct que par une altération de la production d’hormones.

La pollution de l’organisme pèse négativement dans les maladies rhumatismales à cause de l’augmentation du stress oxydatif et de son lien à l’inflammation chronique, surtout lorsque les systèmes épuratif et digestif de l’organisme sont affaiblis.

 n°8  La thérapie enzymatique et les probiotiques

Lorsque nous mangeons, la digestion devient un objectif primaire, surtout chez les personnes âgées. […] Si on améliore celle-ci, toutes les autres fonctions du corps en ressentent indirectement des effets positifs. Pour ce faire, il est nécessaire de limiter l’apport alimentaire de façon appropriée à notre âge et à notre activité physique, et surtout de manger régulièrement des aliments crus d’origine végétale, et si besoin est, de prendre des suppléments enzymatiques.

Tout comme les enzymes, la microflore intestinale est fondamentale à une digestion convenable des aliments. Dans cette optique, il nous faut essayer d’éliminer ou de réduire les médicaments qui la détruisent, ou absorber des substances qui la favorisent, en recourant, si nécessaire, à l’intégration de probiotiques par voie interne, parmi lesquels acidophilus ou L-acidophilus, Bifidobacterium (ou bifidus), Lactobacillus   casei (ou L-casei),  Lactobacillus  bulgaricus (ou L-bulgaricus), Bacillus subtilis, etc.

En résumé, nous pouvons dire que la thérapie enzymatique est utilisée depuis longtemps pour soigner l’arthrite et les diverses maladies rhumatismales, et que les meilleures compositions concourent à favoriser une digestion plus complète et une meilleure assimilation des aliments (par exemple, amylases, protéases, lipases, cellulases, etc.).

 n°9  L’acupuncture

Si l’on imagine l’individu comme une mer d’énergie, les méridiens peuvent être considérés comme des courants qui sillonnent cette mer dans des directions déterminées. Dans la réalité, ce sont des canaux préférentiels de diffusion de diverses caractéristiques énergétiques liées aux organes et aux viscères. Ce système de méridiens sert également à connecter la réalité humaine à celle du macrocosme, ce qui permet à l’individu d’entrer en résonance avec les énergies de l’univers.

Les principaux méridiens constituent les émanations énergétiques de chacun des organes et des entrailles, donnant lieu au miracle de la circulation énergétique. Sur chaque méridien sont situés des points – petits puits énergétiques –, semblables à des portes d’entrée du méridien. Ces points servent à déterminer aussi bien le diagnostic que le traitement.

En médecine traditionnelle chinoise, les rhumatismes sont classés de manière variée : le rhumatisme articulaire aigu est dû à une obstruction par association de vent/humidité/chaleur ; dans l’arthrite rhumatoïde, l’engorgement des articulations est surtout dû à l’association vent/froid/humidité ; la même cause se retrouve à propos des processus arthrosiques.

La thérapie consiste donc à disperser chaleur, froid et vent, et à expulser l’humidité pour rétablir l’équilibre énergétique. La régulation énergétique a lieu en intervenant sur les points d’acupuncture.

n°10  Zoom sur les mécanismes du thermalisme.

Les cures thermales sont une forme de traitement des maladies rhumatismales connue depuis des millénaires et qui mérite absolument d’être revalorisée à la lumière de la médecine scientifique contemporaine. Le thermalisme se base sur l’exploitation des propriétés de matières naturelles comme les eaux minéralisées et les boues. Or, la France étant l’un des pays les plus riches en ressources thermales, des stations thermales y sont disséminées un peu partout.


L’eau thermale exerce son action à travers une combinaison de facteurs physiques, mécaniques et chimiques. Si le traitement recourt toujours à la chaleur, il est évident que les effets d’un bain sont différents de ceux d’une boue, d’une eau de source chaude ou d’une grotte.

La stimulation thermique apporte toutefois un bienfait aspécifique, alors que la composition minérale des eaux, les modalités d’application et/ou le microclimat ambiant sont à l’origine de bienfaits spécifiques. La chaleur entraîne dans l’organisme une vasodilatation qui réduit le spasme musculaire, améliore la perfusion tissulaire et donc la nutrition des structures articulaires, et permet de drainer des éléments nocifs à l’extérieur. […]


Une eau thermale efficace pour le traitement des maladies rhumatismales doit être riche en minéraux et en substances utiles à l’organisme, comme les eaux sulfurées, calciques, magnésiennes, et les eaux de mer.

****

Cela vous a intéressé ? alors cliquez ici pour lire la suite des articles sur les rhumatismes !


****

LIVRE rhumatismes Paolo Giordo

EXTRAIT du livre de Paolo Giordo : "Soigner ses rhumatismes par des méthodes naturelles

(extrait + sommaire à télécharger)

 


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vos présenter son nouveau site. Chiara, Xavier et Sara sont là pour vous proposer le meilleur des... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vos présenter son nouveau site. Chiara, Xavier et Sara sont là pour vous proposer le meilleur des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir de pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par :... Lire la biographie

11 partage(s)

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser