Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
1987-2017 : 30 ans de Bien-être et de Connaissance
Accueil / Blog / Médecines alternatives

2 choses à savoir sur l'horloge biologique et le prix Nobel de médecine

Médecines alternatives

2 choses à savoir sur l'horloge biologique et le prix Nobel de médecine

Médecines alternatives

2 choses à savoir sur l'horloge biologique et le prix Nobel de médecine
14 partage(s)

Le prix Nobel de médecine 2017 confirme les connaissances ancestrales de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) sur les bienfaits de l’horloge biologique.


L'équipe Macro Editions

L’être humain est la forme de vie la plus élevée de notre planète. Depuis toujours, il essaie d’élargir ses connaissances sur la Terre et son environnement. Le rythme biologique, ainsi, a toujours été un sujet de premier ordre, non seulement pour les chercheurs mais aussi pour ce qui est de ses applications quotidiennes au sein des populations.

Ainsi le savant italien Santorio Santorio (1561-1636) a systématiquement mesuré pendant trente ans, du matin au soir, ses prises de nourriture, sa digestion et ses changements de poids, et il est arrivé à la conclusion qu’il existe un rythme jour/nuit. À l’époque, on ne faisait pas de distinction entre le rythme principal interne et le rythme biologique externe.

En 1729, l’astronome français Jean-Jacques Dortous de Mairan (1678-1771), en observant les fleurs et les feuilles des mimosas, a constaté que cette plante peut s’ouvrir durant un certain temps même en l’absence de soleil. Ceci montre que les plantes ont leur propre rythme, indépendant du soleil.

En 1880, le savant anglais Charles Darwin (1809-1882), dans un article sur les plantes, a écrit que le rythme interne des plantes est transmis à travers des facteurs génétiques. Des cyanobactéries unicellulaires aux êtres pluricellulaires, tel l’être humain, tous présentent une horloge biologique, sous des formes diverses.

"Le rythme jour/nuit fonctionne sur une base d’environ 24 heures.

La lumière et la température jouent souvent un rôle secondaire."

 

Découverte  des lauréats du prix Nobel de médecine 2017: Michael W Young, Jeffrey C Hall et Michael Rosbash

Ils ont découvert, après trente années de recherches, que le rythme biologique des êtres humains dépend de certaines protéines de la chaîne protéique ADN-ARN.

Ce qu’ils ont démontré par des expériences sur des moucherons. L’ADN est le transporteur d’informations qui copie et transmet le patrimoine génétique. À travers les informations de l’ADN, le patrimoine génétique passe à l’ARN, puis certaines protéines sont créées.

Chaque protéine a une fonction qui lui est propre. Les chercheurs ont noté que les protéines PER et CRY ont une grande influence sur l’horloge biologique jour/nuit.

"En d’autres termes, l’horloge interne de l’être humain a été transmise au fil du temps par le biais du patrimoine génétique, sans rapport direct avec les facteurs liés à la lumière, aux bruits et à la température extérieure."

L’influence du cosmos et de la Terre sur tout organe et tout tissu humain a été identifiée

Depuis 4 000 ans, la médecine traditionnelle chinoise considère l’être humain comme une unité de corps, d’âme et d’esprit. Par ailleurs, l’être humain est selon elle indivisible de la structure de l’univers, et il est lié à l’origine universelle. Les forces primordiales qui meuvent ce macrocosme sont celles-là même qui agissent sur le microcosme homme.

De même que la nature et l’ensemble de l’univers, chaque être humain obéit à un principe qui sous-tend tout. L’homme n’est pas la mesure de toute chose et le seul maître de l’univers. Il est une petite partie de celui-ci, une roue de l’engrenage.

Quand tous les engrenages travaillent sans friction et en harmonie, alors seulement le monde fonctionne sans problème. Toute chose dépend des autres, toute chose est liée au reste. Dès qu’une pièce est faible, cette faiblesse se répercute sur tous les aspects de la vie.

L’horloge des organes de la médecine traditionnelle chinoise se base sur de longues observations de la nature et de l’homme. Ces observations ont mis en lumière une distinction entre troncs célestes et branches terrestres. Une fois cette différenciation établie, l’influence du cosmos et de la Terre sur tout organe et tout tissu humain a été identifiée.

Notre rythme biologique régule les processus métaboliques. Cette théorie est reconnue à la fois par la médecine conventionnelle et par la médecine traditionnelle chinoise.

L’observation de millions de personnes au fil des millénaires a permis de déterminer quel horaire renforce ou affaiblit tel ou tel organe. Car la médecine chinoise est une sorte de médecine statistique dont les objets d’observation sont directement les humains, et non des animaux (cobayes, lapins, moucherons, etc.).

L’horloge biologique est transmise de génération en génération

Selon la théorie des lauréats du prix Nobel, l’horloge biologique est transmise de génération en génération par certaines protéines (PER et CRY). Ces recherches coïncident avec celles de l’horloge des organes chinoise. Les facteurs génétiques de nos ancêtres sont toujours fortement influencés par le cosmos et la Terre. Nos habitudes et nos fonctions organiques sont adaptées à la nature. Ces habitudes sont ancrées dans nos chaînes d’ADN et nos chromosomes.

La méthode adoptée par la médecine extrême-orientale se caractérise par une observation qui va du macrosome au microcosme. À l’inverse, la médecine occidentale observe en allant du microcosme au macrocosme. Les résultats de ces recherches sont identiques, seules les méthodes d’observation divergent.

Nous collaborons depuis plus de dix ans avec l’University of East West Medicine, en Californie. Nous connaissons la méthode de travail de nos collègues américains et, ensemble, nous abordons souvent des sujets scientifiques du point de vue de la pensée asiatique (du macrocosme au microcosme). Le groupe de recherche récompensé par le prix Nobel comprend lui-même quelques scientifiques chinois et japonais.

Dans notre ouvrage L’Horloge des organes, nous expliquons comment le rythme biologique de l’être humain s’est adapté à la nature. Comme le disait Charles Darwin : « Survival of the fittest » (« la survie du plus apte »).

****

Livre de Li WU : Vivez au rythme de l'horloge biologique de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) "

 

L'horloge biologique des organes MTC

 


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vos présenter son nouveau site. Chiara, Xavier, Guenda et Matteo sont là pour vous proposer le meilleurs... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vos présenter son nouveau site. Chiara, Xavier, Guenda et Matteo sont là pour vous proposer le meilleurs des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir de pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait... Lire la biographie

14 partage(s)

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser


EXTRAIT - Horloge de la Nature
Cadeau EXTRAIT - Horloge de la Nature

Créez votre espace personnel MyMacro pour recevoir ce cadeau !

Recevoir EXTRAIT - Horloge de la Nature