Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
Le bien-être et le partage des connaissances depuis 1987
Accueil / Blog / Histoire et Mystères

L'époque des GEANTS sur Terre, ancêtres de l’humanité (Sitchin)

Histoire et Mystères

L'époque des GEANTS sur Terre, ancêtres de l’humanité (Sitchin)

Histoire et Mystères

L'époque des GEANTS sur Terre, ancêtres de l’humanité (Sitchin)

"En ces jours-là… Et il arriva lorsque les hommes commencèrent à se multiplier sur la face de la Terre et que des filles leur furent nées, que les fils de Dieu virent les filles des hommes, qu’elles étaient belles, et ils prirent des femmes d’entre toutes celles qu’ils choisirent.

Il y avait des géants sur la terre en ces jours-là, et aussi après cela lorsque les fils de Dieu vinrent vers les filles des hommes, et elles leur enfantèrent des enfants ; ceux-ci devinrent des hommes puissants qui de tout temps étaient des gens de renom."

Le lecteur tant soit peu familier de la Bible en sa version anglaise du Roi Jacques reconnaîtra ces versets du livre 6 de la Genèse (traduction de la Bible du Roi Jacques, par Nadine Stratford.), prélude aux récits du Déluge, la grande montée des eaux au cours de laquelle Noé, confiné dans une arche, fut sauvé, avec mission de repeupler la terre.

MAIS NE NOUS ARRETONS PAS LA...


L'équipe Macro Editions

Introdution du livre de Zecharia Sitchin : Quand les géants dominaient sur Terre

"Ce même lecteur tant soit peu familier de mes écrits reconnaîtra aussi en ces versets la raison qui avait poussé cet élève, il y a bien des décennies, à demander à son professeur pourquoi l’on avait traduit le sujet de la phrase, Nephilim, par « géants ». Or, Nephilim est forgé sur la racine du verbe hébreu NaFol, s’effondrer, être jeté à bas, chuter : en aucun cas il ne fait allusion à « géants ».

Ce jeune questionneur, c’était moi, bien sûr (Zecharia Sitchin - ndr). Je m’attendais à des félicitations pour ma perspicacité linguistique. Je fus vertement remis à ma place. « Assis, Sitchin, siffla l’enseignant en contenant son irritation, on n’interroge pas la Bible ! »

Je fus cruellement blessé, ce jour-là. Je n’interrogeais pas la Bible – tout au contraire, je manifestais mon besoin de la comprendre avec précision. Cet incident fit basculer ma vie. Je partis en quête des Nephilim. Qui furent-ils ? Qui furent leurs descendants « de renom » ?

origine de l'humanité - adam - Stchin

La recherche de réponses passa par un questionnement linguistique,  voici quelques exemples :

  • Le texte hébreu ne fait pas mention d’« hommes » qui se multiplièrent, mais d’Ha’Adam – l’Adam –, terme générique, celui d’une espèce.
  • Il ne parle pas de fils de « Dieu », mais emploie l’expression Bnei Ha-Elohim – les fils des Elohim, terme pluriel pour « dieux » mais dont la traduction littérale donne « Les élevés » (ou les Nobles, les Imposants).
  • Les « filles de l’espèce Adam » n’étaient pas « belles », elles étaient Tovoth, c’est-à-dire « bonnes pour… » au sens de « compatibles ».

Inévitablement, nous voilà confrontés aux origines. Comment l’humanité advint-elle sur cette planète, et de qui provient le code génétique que nous portons ?

En trois versets et quelques mots – exactement quarante-neuf dans la version hébraïque de la Genèse – la Bible décrit la création du Ciel et de la Terre, puis consigne la réalité de la préhistoire d’une humanité originelle, avec une série d’événements extraordinaires, dont: 

  • un Déluge universel,
  • la présence sur terre de dieux et de leurs fils,
  • des mariages interespèces qui donnent naissance à des demi-dieux…

C’est ainsi qu’en partant d’un mot (Nephilim), je finis par raconter l’histoire des Anunnaki, « Ceux qui du Ciel sur la Terre vinrent » – voyageurs de l’espace et colonisateurs interplanétaires venus depuis leur planète menacée jusque sur Terre en quête de l’or dont a besoin son écosystème, pour finir par façonner l’Adam à leur image.

Je les ai ainsi fait revivre – j’ai reconnu chacun d’eux pour ce qu’il était, révélé leurs relations compliquées, décrit leurs travaux, leurs amours, leurs ambitions et leurs guerres – et identifié le fruit de leurs unions interespèces, les « demi-dieux ».

On m’a parfois demandé où mes pistes de recherche auraient bien pu me conduire si le professeur, au lieu de me tancer, m’avait complimenté. C’est une tout autre question que je me suis posée : quelles seraient les conséquences de la réalité factuelle de cette affirmation, « Il y avait des géants sur la terre en ces jours-là, et aussi après cela » ?

le chaînon manquant - Z. Sitchin

Les implications culturelles, scientifiques, religieuses en seraient terribles ; elles conduiraient forcément aux questions incontournables : pourquoi les compilateurs de la Bible hébraïque, totalement vouée au monothéisme, ont-ils inclus une telle « bombe », ces versets consacrés à la haute mémoire préhistorique ? – et leurs sources, dès lors, quelles furent-elles ?

Je crois détenir la réponse. Parce que j’ai déchiffré l’énigme des demi-dieux (auxquels appartient Gilgamesh), je peux conclure dans ce livre-ci – le couronnement de mon oeuvre : la preuve physique incontestable de la présence extraterrestre dans le lointain passé a été ensevelie dans une très ancienne tombe sous la forme d’un récit.

Ce qu’il implique de nos origines génétiques est immense :

  • il est la clé des secrets du bien-être, de la longévité, de la vie, de la mort ;
  • un mystère dont la levée va entraîner le lecteur dans une aventure à nulle autre pareille ;
  • et au final, lui révéler ce qui demeura tu depuis Adam dans le jardin d’éden."

Zecharia Sitchin


SOMMAIRE du livre de Zecharia Sitchin

  1. Chapitre - Alexandre en quête d’immortalité
  2. Chapitre - Avant le Déluge
  3. Chapitre - À la recherche de Noé
  4. Chapitre - La civilisation commence à Sumer
  5. Chapitre - La royauté venue du Ciel
  6. Chapitre - Planète Nibiru
  7. Chapitre - Anunnaki et Igigi
  8. Chapitre - L’esclave créé pour rester maître… de la situation
  9. Chapitre - Dieux et autres ancêtres
  10. Chapitre - Des Patriarches aux demi-dieux
  11. Chapitre - Il y avait des géants sur Terre…
  12. Chapitre - Immortalité : la grande illusion
  13. Chapitre - L’aurore des déesses
  14. Chapitre - Gloire d’empire, vents du destin
  15. Chapitre - Enterrements grandeur nature
  16. Chapitre - La déesse qui jamais n’abandonna…

Postface : Les ancêtres extraterrestres de l’humanité : toutes les preuves (EXTRAIT)

"Depuis la proposition de Darwin de faire de l’évolution l’explication de la vie sur Terre, son chapitre le plus important – celui qui traite des origines humaines – s’est fracassé contre 2 remparts, à l’image des vagues de la mer qui s’écrasent sans effet sur les rochers de la côte :

  1. pour les « croyants », le caractère sacré de l’affirmation biblique que c’est Dieu, et non l’évolution, qui a créé l’homme ;
  2. pour les « scientifiques fondamentaux », l’incapacité d’expliquer comment, au cours d’un processus évolutionniste qui exige des millions et des dizaines de millions d’années, l’homme a bien pu passer de l’état d’hominidé tout juste capable d’apprendre à marcher à l’homme qui pense (Homo sapiens), nous.

Pratiquement d’un jour à l’autre, il y a quelque 300 000 ans. Plus l’on remonte dans le temps par la découverte de fossiles, plus s’épaissit l’énigme du « chaînon manquant » (puisque telle est l’expression par laquelle l’on désigne cette problématique).

Les Elohim et les anunnakis

Voilà plus de 30 années, désormais, depuis la publication de La Douzième Planète, que j’essaie de mon mieux de montrer qu’il n’existe aucun conflit entre Bible et science, croyance et savoir.

Le « chaînon » manque, ai-je affirmé, parce que des êtres ont brûlé les étapes de l’évolution, et ont recouru à une ingénierie génétique de haut niveau pour améliorer un Homo erectus ou un Homo ergaster (comme certains préfèrent nommer son cousin africain) en mariant ses gènes avec les leurs, plus évolués. Parce que ces « êtres » étaient les Elohim de la Bible (que les Sumériens nommaient Anunnaki) venus sur Terre depuis leur planète Nibiru.

Qu’ils fabriquèrent L’Adam, puis couchèrent avec les filles de l’homme. J’ai expliqué cette relation sexuelle possible pour la raison que la vie sur leur planète et la nôtre est régie par le même ADN – transmis au moment où les deux planètes se sont percutées…

Vous me suivez toujours ?
Autrement dit, si mon identification de Puabi à une déesse anunnaki, et non à une « reine », et celle de Mes.kalam. dug à un demi-dieu, et non à un « prince » sont fondées, alors nous avons à notre disposition deux génomes de gens totalement ou en partie issus d’une autre planète !

Nin Puabi et Lugalbanda - annunaki

Puis des informations nouvelles établirent que des biologistes avaient réussi à déchiffrer et à comparer de l’ADN néandertalien vieux de 38 000 ans avec celui d’un homme moderne. Ce fut un éclair : pourquoi, dès lors, ne pas déchiffrer et comparer l’ADN d’une femme Anunnaki morte il n’y a « que » 4 500 ans ?

Certes, l’ADN de Nin.Puabi n’est pas à cent pour cent anunnaki dans la mesure où son père, Lugalbanda, n’était que demi-dieu. Mais son ADN mitochondrial en provenance exclusive de la mère, est, lui, totalement anunnaki – via Ninsun et Bau, il remonte aux aïeules nibiriennes.

En cas de test, ses os révéleraient les différences ADN et mtADN constitutives de notre chaînon génétique manquant – ce groupe réduit mais crucial de « gènes extraterrestres » (au nombre de 223 ?) qui nous firent passer de l’état d’hominidés sauvages à celui d’homme moderne il y a quelque 300 000 ans.

Je garde le fervent espoir que cet ouvrage convainque le musée que les restes de NIN-Puabi ne relèvent pas d’une « procédure », qu’ils sortent de l’ordinaire, et que de tels tests seront menés. Ils sont de nature à donner une explication vitale à la réponse prodiguée à Gilgamesh : Quand les dieux créèrent l’humanité, ils lui conférèrent une vaste intelligence ; la sagesse ils lui donnèrent ; ils lui ont donné le savoir – La vie éternelle, ils ne la lui donnèrent pas.

Était-ce à dire que, sur le plan génétique, les « dieux », délibérément, se coupèrent de nous ? Peut-être le Créateur de toute chose a-t-il voulu que la « Déesse qui jamais n’abandonna » restât parmi nous pour nous donner enfin une réponse."

Zecharia Sitchin

Voir toute la saga Sitchin


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet constament mis à jour ! Chiara et Xavier sont là pour vous proposer le... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet constament mis à jour ! Chiara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des publications. Nous espérons dans l'avenir pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par : un... Lire la biographie

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser