Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
Le bien-être et le partage des connaissances depuis 1987
Accueil / Blog / Nos amis les animaux

STOP à la malbouffe pour nos chiens et chats !

Nos amis les animaux

STOP à la malbouffe pour nos chiens et chats !

Nos amis les animaux

STOP à la malbouffe pour nos chiens et chats !

Dans le domaine vétérinaire, de nombreux professionnels délèguent depuis désormais des années leurs connaissances en matière d’alimentation à des fabricants qui sponsorisent des congrès et des écoles de spécialisation.

L’alimentation devrait pallier les effets dévastateurs des substances cancérogènes, mais avec sa cohorte d’additifs alimentaires, de conservateurs, de mycotoxines et de métaux lourds, la nourriture industrielle favorise l’activité des agents polluants.

Or si cela arrive chez l’homme, on peut supposer que cela arrive aussi chez le chien et le chat (qui sont habitués à manger cru à l’état sauvage) ; on peut supposer que le système immunitaire est déséquilibré après l’ingestion de la nourriture cuite des humains.

L’adoption d’une alimentation naturelle spécialement étudiée permettrait aux sujets sous chimiothérapie de mieux la supporter, avec moins d’effets toxiques. Certains nutriments et compléments alimentaires renforcent et améliorent l’activité des agents chimiothérapeutiques, permettant ainsi de réduire leur dose.

Alessandro PROTA


L'équipe Macro Editions

Alimentation animale : que fait la médecine vétérinaire ?

La médecine vétérinaire a beaucoup évolué ces dernières années notamment en matière de diagnostic et d’intervention chirurgicale, embrassant de plus en plus de spécialisations et de compétences à l’aide d’instruments sophistiqués qui n’ont rien à envier à la médecine humaine. « L’hyperspécialisation » fait perdre de vue des notions de base de physiologie et de biochimie, inhérentes au métabolisme et à l’alimentation.

Le cursus des études prévoit rarement d’aborder les problèmes d’intolérance, d’acidose ou de maladie cœliaque, autant de concepts que le médecin devra pourtant affronter après, par une recherche personnelle. Cette prise de conscience alimentaire commence à s’opérer chez les nombreux vétérinaires qui souhaitent à nouveau mobiliser une compétence dont ils ont été privés pendant trop d’années par une industrie de la nutrition animale de plus en plus envahissante et opprimante.

vétérinaire - alimentation préventive tumeur chien et chat

La prévention n’est pas synonyme d’examens coûteux, incessants et souvent non indiqués, mais d’éducation alimentaire, de mise en place d’un régime alimentaire convenant au patient et à ses besoins. Aujourd’hui, la médecine vétérinaire affronte les néoplasies avec la chimiothérapie pour seule arme, des substances cytotoxiques qui détruisent aussi bien les cellules malades que celles qui sont saines.

Malheureusement, les traitements oncologiques ne reconnaissent pas la biologie de la cellule néoplasique et ne favorisent pas le retour à la normale des réactions vitales de l’organisme touché par une tumeur. Pour y parvenir, il faut maîtriser parfaitement la biologie cellulaire et la physiologie, comprendre quelles sont les réactions vitales qu’on peut normaliser sans toxicité ni atteintes plus ou moins graves, souvent permanentes.

 

Quand l’animal consomme de la nourriture et ne digère pas…

Quand l’animal consomme de la nourriture et ne parvient pas à digérer les éléments de base, des toxines se forment. Celles-ci ne sont que les « restes » de la mauvaise digestion. L’organisme reconnaît ces toxines comme des corps étrangers et déclenche anormalement ses défenses naturelles, les anticorps. Cela peut conduire à des allergies et des intolérances, ainsi qu’à une baisse générale des défenses immunitaires.

Renforcer et diversifier les enzymes constitue l’une des premières stratégies à adopter face à ces troubles, surtout s’ils apparaissent à l’âge adulte (mais les allergies peuvent déjà se manifester quand le chien et le chat sont petits).

mauvaise digestion chien et chat - allergie et intolerance

Si nous nourrissons notre chien et notre chat avec des aliments crus tels que de la viande, du poisson et des légumes accompagnés d’un peu de fruit, nous leur faisons prendre des enzymes par la nourriture. Celles qui n’ont pas été utilisées pour la digestion finissent directement dans la circulation sanguine et renforcent le système immunitaire. En ingérant la nourriture cuite, le système immunitaire entre en action pour aider les enzymes digestives (sécrétées par le pancréas).

Cela explique les épidémies de pancréatite et de diabète qui frappent nos chiens et chats, provoquées par le stress auquel est soumis le pancréas aussi bien pour digérer que pour passer les pics de glycémie dus à l’excès de glucides présents dans la nourriture industrielle.

Avec le temps, le pancréas n’arrive plus à pallier l’excès de travail et s’épuise. Les chats, animaux carnivores par excellence, sont les plus touchés, car ils n’arrivent pas à assimiler correctement les glucides présents dans la nourriture industrielle en raison d’une carence en enzymes digestives spéciales. Par ailleurs, une grande partie de l’alimentation pour animaux qu’on trouve dans le commerce contient parfois plus de 40 % de céréales et de maïs.

 

Comment controller le problème inflammatoire de l’intestin de nos chers animaux come la colite ?

Un excès de glucides non digérés fermente, modifiant la flore bactérienne et déséquilibrant le système immunitaire. Cela ouvre la porte à des pathologies allergiques, des intolérances, des infections bactériennes et virales et des néoplasies.

Les allergies, les pathologies auto-immunes et inflammatoires sont l’un des domaines les plus importants directement liés à la mauvaise digestion enzymatique des aliments. On sait en effet que des fragments moléculaires de nourriture non digérée, notamment celle d’origine protéique, pénètrent dans la circulation par la membrane intestinale, déclenchant dans le temps toute une série de réactions immunitaires.

un exemple avec le enzymes digestives :

On sait que la carence d’enzymes exogènes, parallèlement associée à l’hyperstimulation du pancréas pour produire des enzymes digestives, génère une activation anormale des leucocytes. On sait de plus que le taux des leucocytes dans le sang augmente après un repas. Mais quand on observe une carence en enzymes digestives, les leucocytes suspendent leur fonction immunitaire et cèdent leurs enzymes au processus digestif.

Ainsi, l’organisme deviendra de plus en plus faible, car, comme nous l’avons dit, des enzymes seront constamment arrachées à d’autres fonctions vitales (à commencer par le système immunitaire).

Voilà pourquoi une bonne intégration d’enzymes digestives naturelles peut non seulement conduire à une élimination rapide des problèmes de digestion et d’assimilation, mais aussi contribuer à régénérer tout le système métabolique et énergétique de l’animal.

Le traitement enzymatique a prouvé qu’il était efficace pour prévenir la formation des complexes immunitaires circulants, à l’origine de l’inflammation intestinale chronique, typique de pathologies telles que la colite, l’entérite et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

 

Une autre solution pour comprenser la malbouffe de nos chers animaux : les graines germées !

Nous garantissons une charge enzymatique importante à nos animaux en les nourrissant de graines germées, car ce sont la forme biologiquement la plus concentrée des plantes. Dans les graines germées, les enzymes protéolytiques, qui permettent de digérer aussi bien les glucides que les protéines, augmentent.

Comme nous l’avons indiqué auparavant, le corps doit nécessairement les produire quand on donne des aliments morts sans enzymes vitaux. Avec le temps, la capacité de produire les enzymes indispensables à une bonne digestion s’affaiblit, tout comme la capacité de résistance aux maladies. 

l'alimentation vivante pour les chien et les chats

C’est pour cette raison que la biothérapie nutritionnelle enseigne que l’aliment doit être vivant. Le problème, c’est que nos chiens et nos chats s’alimentent souvent avec de la nourriture morte, c’est-à-dire qui a subi des processus de transformation, qui est restée longuement au frigidaire, qui a été enrichie d’inhibiteurs enzymatiques – les conservateurs et les additifs. Autant de facteurs qui affaiblissent l’approvisionnement enzymatique du corps.

Les enzymes sont des substances vivantes qui se détériorent rapidement dans les aliments qui ne sont pas frais... tout comme l’apport en vitamines et minéraux diminue. Enrichir l’alimentation avec des graines germées fournit non seulement des minéraux tels que le calcium et le magnésium, mais aussi des acides gras essentiels, de la vitamine C et de la chlorophylle, qui augmente le taux d’oxygène des tissus.

La teneur nutritionnelle de la graine peut être multipliée par 30 avec la germination, qui augmente aussi la biodisponibilité des minéraux dans l’organisme, une fois ingérés. Durant la germination, les vitamines augmentent de 100 % par rapport à la graine et de 1400 % par rapport à la plante adulte.


Extrait du livre de Alessandro Prota

 

Découvrir toute la collection DONNE LA PATTE

 


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par :... Lire la biographie

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser