Newsletter, hommages, Espace Achat et encore d'autres avantages. Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez Découvrez MyMacro: Enregistrez-vous Entrez
Le bien-être et le partage des connaissances depuis 1987
Accueil / Blog / Médecines alternatives

Pourquoi portes-tu des lunettes ?

Médecines alternatives

Pourquoi portes-tu des lunettes ?

Médecines alternatives

Pourquoi portes-tu des lunettes ?
3 partage(s)

Dites-moi un peu pourquoi vous portez des lunettes. Peut-être parce qu’il n’existe pas de méthode pour recouvrer la vue ?

Il en existe beaucoup, une infinité, mais on dit également : « La demande conditionne l’offre ».


L'équipe Macro Editions

Ceux qui portent des lunettes désirent se débarrasser au plus vite (sans effort, et avec un succès garanti) de leur déficit visuel ou d’une quelconque autre maladie et le médecin de son côté désire se débarrasser du patient.

L’ophtalmologiste possède sa propre norme selon laquelle il doit recevoir chaque jour un certain nombre de patients, poser des diagnostics, prescrire un traitement ou envoyer le patient chez l’opticien pour se faire fabriquer une paire de lunettes. Il n’a que 5 à 10 minutes à vous consacrer. Voilà les faits.

Alors, vous vous rendez chez l’ophtalmologiste, mettons parce que vous êtes myope ou astigmate. Il vous examine, mesure votre acuité visuelle et établit une prescription pour des lunettes. En l’espace de dix minutes, ses yeux cessent de vous voir et ne vous reverront plus jamais.

Problèmes de vue = prendre du temps pour soi !

Bien sûr, j’exagère, car si vous portez des lunettes vous savez que votre vue empirera et que vous devrez bientôt retourner le voir.

Pour utiliser une métaphore :

"si une jambe malade doit toujours s’appuyer sur une béquille, elle finira par s’affaiblir. C’est pourquoi les efforts des jambes se transmettront peu à peu aux quatre membres. Le patient marche alors à quatre pattes, c’est-à-dire qu’à cause de sa paresse, il régresse à un niveau de quadrupède"

"Et avec ce système, si vous avez par exemple deux dioptries en moins (ou en plus), il vous faudra environ dix jours pour récupérer votre acuité visuelle et environ quarante pour vous y adapter.

Et dans le cas où vous auriez dix dioptries en moins (ou en plus), il vous faudra un mois et demi ou deux mois, plus le temps nécessaire d’adaptation.

Les exercices doivent être pratiqués entre trois et cinq fois par semaine durant 15 à 40 minutes. D’une manière générale, cela n’intéresse personne."

Porter des lunettes comme un bon citoyen "marchandise"

Mais si vous portez des lunettes, vous investissez constamment de l’argent dans un produit. Vous êtes un bon citoyen qui soutient l’économie. Marchandise – argent – marchandise.

Vous êtes un consommateur qui favorise les entreprises productrices (mais qui par son état de santé handicape l’État). C’est pour cela que le consommateur doit être en permanence intéressé par l’offre de production. Dans ces cas précis, il doit être constamment malade, et donc avoir besoin de lunettes. C’est l’une des raisons pour lesquelles vous en portez.

Pour résoudre ce problème, l’utilisation des lunettes est la méthode la plus simple pour vous et la plus rentable pour les autres. Votre vue empire et cinq minutes plus tard vous avez une nouvelle prothèse sur le nez.

Les mains qui fabriquent des lunettes ont obtenu un nouveau client. Vous, le consommateur, êtes heureux, mais certes pas tant qu’eux !

À l’époque, nous avons envoyé des informations sur ce système de rééducation visuelle à des centaines de pays. Les seuls à avoir réagi sont les Japonais. Merci !

Ils nous ont envoyé une lettre de remerciement dans laquelle ils ont exprimé leurs considérations sur les résultats :

« Nous avons mené une étude sur les étudiants de l’institut de sociologie, constatant des résultats positifs à plus de 80%. Cependant, l’économie japonaise n’est pour le moment pas capable de supporter une charge de ce genre... ».

Je ne comprenais pas ce que l’économie avait à voir là dedans, mais l’explication venait ensuite :

« Si seulement 10% des 60 millions de Japonais souffrant de problèmes de vue cessaient de porter des lunettes, cela représenterait six millions de paires qui ne seraient plus vendues. Ce serait un coup dur pour l’économie, et nous pensons donc qu’il serait prématuré d’introduire cette méthode au Japon ».

En d’autres termes : les lois de l’économie imposent que les consommateurs soient maintenus dans cet état !

Si vous guérissiez ou, Dieu vous garde, mourriez, vous n’achèteriez plus de lunettes. N’est-ce pas ? Il existe tout un réseau d’organisations et de structures qui ont tout intérêt à ce que les gens se portent mal.

Il y a quelques années, l’un de mes élèves a décidé d’ouvrir son centre de rééducation visuelle, mais malheureusement ses locaux se trouvaient à proximité immédiate de ceux de la marque Optika et on lui a donc dit avec beaucoup de tact : « Ne vous immiscez pas dans nos affaires ! Ne nous ôtez pas nos clients ! ».

Et, mon cher ami, je me réjouis donc avec vous. Vous êtes un client ! Et si vous croyez que qui que ce soit se préoccupe de votre santé, vous faites une grossière erreur.

C’est exactement l’inverse : grâce à votre mauvaise vue, les fabricants de lunettes et de médicaments gagnent un bon paquet d’argent et font semblant de se préoccuper de votre santé, de votre allure et ainsi de suite. Ils vous proposent à chaque fois de changer de look, créent artificiellement des modes et alimentent votre besoin de changer de lunettes en permanence.

Retrouver une bonne vue sans opération et sans être un génie !

Chez nous, cent pour cent des personnes retrouvent une vue parfaite et obtenir ce résultat n’est pas seulement facile : c’est très facile. La seule chose désagréable est que pour récupérer la vue il n’est pas besoin d’une grande intelligence : celle que nous possédons suffit largement, et elle est même un peu trop développée.

Il suffit de quelques informations, d’un peu de disponibilité et d’un travail consciencieux. C’est tout !

Donc, si vous avez décidé de vous débarrasser de vos lunettes et de recouvrer la vue en vous y impliquant, la force dont vous aurez besoin est celle que vous gâcheriez pour un seul crachat.

"Il suffit de savoir où et comment cracher, tout est là. Naturellement, il faut aussi travailler un peu : pour rassembler la salive dans la bouche, il ne suffit pas de faire bouger son cerveau d’avant en arrière"... encore une métaphore de l'auteur Mirzakarim Norbekov, provoquant mais réaliste !

****

EXTRAIT du livre

La Sagesse de l'âne ou comment se liberer des lunettes

exercices pour vivre sans lunettes


L'équipe Macro Editions
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des... Lire la biographie
L'équipe Macro Editions est heureuse de vous présenter son site internet. Chiara, Sara et Xavier sont là pour vous proposer le meilleur des publications de MACRO EDITIONS. Nous espérons dans l'avenir pouvoir augmenter l'équipe de rédaction pour couvrir le plus largement possible les thèmes abordés ici, que l'on pourrait résumer par :... Lire la biographie

3 partage(s)

Articles du Blog qui pourraient aussi vous intéresser